Les Clauses Sociales à Bruxelles

Faites de vos marchés publics des leviers d'insertion professionnelle !

Entreprises sociales à l’honneur

Entreprises sociales à l’honneur - CITECO

LA PLUS ANCIENNE ETA BRUXELLOISE, AUJOURD’HUI CONNUE SOUS LE NOM DE CITECO, VEUT VÉHICULER UNE IMAGE POSITIVE ET MODERNE DE L’ÉCONOMIE SOCIALE EN METTANT UN POINT D’HONNEUR A RESPECTER L’ENVIRONNEMENT


Dans quel contexte l’entreprise a-t-elle vu le jour ?

Notre histoire démarre en 1922 et est liée à l’Œuvre Nationale des Aveugles, un atelier protégé financé par les œuvres catholiques. A l’époque, nos activités sont essentiellement artisanales (cannage, empaillage, reliure, cartonnage, travail du bois). Mais face au contexte économique en perpétuelle évolution, cette structure – qui a récemment pris le nom de CITECO – a développé des activités de manutention, de mise à disposition de personnel en entreprise (ce qu’on appelle le travail en enclave) et, depuis 2013, de jardinage écologique (remise en état, contrats d’entretien, abattages et élagage, …).

Comment décrieriez-vous l’impact social de CITECO ?

En formant des personnes handicapées à exercer des métiers artisanaux, nous leur permettons de participer à la vie active, de s’intégrer dans une équipe de travail mais aussi plus largement dans la société. De par nos activités extérieures (jardinage, mise à disposition du personnel), notre personnel est en effet en contact avec les clients ou d’autres entreprises dont la vision du handicap peut in fine changer positivement. A la différence des activités qui s’exercent en atelier, nous avons la possibilité de nous ouvrir au quartier, de « sortir de ses murs » au sens large puisque nous sommes aujourd’hui actifs à Schaerbeek, Etterbeek et Ixelles. Outre l’image positive et inclusive que nous souhaitons donner du handicap, nous sommes également partisans d’une économie sociale, locale et du travail en circuit-court.

Pourquoi des acheteurs publics devraient-ils faire appel à vous ? Quelle est votre plus-value ?

De par la taille de notre structure – relativement petite à l’échelle des ETA bruxelloises –, nous sommes capables de faire preuve de souplesse et de flexibilité. Nous croyons par ailleurs que l’économie urbaine et locale est la solution aux problématiques de mobilité et de congestion automobile de notre ville. Dans cette optique, CITECO s’engage à offrir un service de qualité à ses clients et à privilégier une approche commerciale personnalisée, à taille humaine et soucieuse de l’environnement. A la différence de nombreuses autres structures, nous travaillons avec des petites équipes et nous utilisons du matériel adapté à la ville (pas de remorque, recours aux bean bags, ..). Et surtout nous n’utilisons pas de produits phytosanitaires ni de produits chimiques (ni glyphosate, ni round up), quitte à perdre certains appels d’offre qui comprennent des postes « pulvérisation d’herbicides ».

Quels sont vos secteurs d’activité concernés par les marchés publics ?

Le secteur le plus concerné par les marchés publics est celui du jardinage. Un de nos plus gros contrats consiste à entretenir des parcs publics pour le compte de BXL mobilité, qui a réservé les marchés d’entretien de vingt parcs de la région bruxelloise aux ETA. Il s’agit là d’une volonté politique qui a porté ses fruits et non de simples paroles en l’air.
Par contre, malgré l’obligation pour les communes d’employer 2,5% de personnes handicapées, nous avons peu de contact avec ces dernières. A terme, mon souhait est que la mise en enclave se développe et que les administrations publiques fassent appel à nous épisodiquement au lieu d’engager du personnel avec un handicap. Nous pensons en effet que les administrations ne sont pas aptes à encadrer tous les types de handicap. C’est un débat qui fait rage dans le secteur car le travail en ETA est souvent perçu comme étant moins inclusif que des engagements directs. Or c’est un faux débat car si les ETA existent, c’est bien pour accueillir des personnes qui ne pourraient pas travailler en dehors de cet encadrement spécifique.


Pouvez-vous relater une expérience de marché public particulièrement positive, « exemplaire » ?

Initialement réalisée pour des particuliers, on voit de plus en plus des marchés publics de reliure. On en a remporté un avec le CPAS de Bruxelles et, plus récemment, avec la Chambre des Représentants pour la reliure de tous les actes qui seront passés à la Chambre dans les quatre années à venir. En nous accordant ce marché – qui ne comprenait pas de clauses sociales –, la Chambre des Représentants a choisi de faire confiance à une ETA et de reconnaître que ce type de structure peut fournir un travail de qualité équivalente à celui fourni par le secteur privé, peu importe la complexité des tâches. Cela prouve que les ETA ne sont pas condamnées à faire du conditionnement.


CITECO
www.citeco.be
Antoine BAUDOT
Rue Albert de Latour 75
1030 Schaerbeek
Tel : 02/215 93 80
info@citeco.be