Les Clauses Sociales à Bruxelles

Faites de vos marchés publics des leviers d'insertion professionnelle !

Entreprises sociales à l’honneur

Entreprise sociale à l’honneur – La Ferme Nos Pilifs

EN PLUS DE TRENTE ANS D’EXISTENCE, CETTE ENTREPRISE DE TRAVAIL ADAPTÉ S’EST IMPOSÉE DANS LE PAYSAGE BRUXELLOIS COMME UNE RÉFÉRENCE NOTAMMENT DANS LA GESTION ÉCOLOGIQUE DES ESPACES VERTS.


Benoît Ceysens, vous étiez parmi les chevilles ouvrières qui ont porté la création de la Ferme Nos Pilifs. Pouvez-vous nous expliquer dans quel contexte cette initiative a vu le jour ?

En 1983, l’asbl « Nos Pilifs » était un centre occupationnel de jour. A l’époque, de nombreux parents s’interrogeaient sur l’avenir de leurs enfants porteurs de handicaps mentaux arrivés à l’aube de l’âge adulte. J’ai fait des recherches auprès de ce que l’on appelait alors les Ateliers protégés. La plupart étaient orientés vers les métiers type manutention ou conditionnement, à la chaîne et très répétitifs. Nous voulions proposer autre chose. Nous nous sommes orientés vers des activités englobant une dimension de service à la collectivité, et avons développé dans un premier temps le maraîchage et la tonte de pelouses. Nous nous sommes progressivement professionnalisés et avons développé au sein de la ferme pas moins de huit métiers différents.

Parmi ces huit métiers que vous avez développés, lesquels intéressent plus particulièrement les marchés publics ?

Nous sommes une entreprise d’horticulture « full écologique » depuis 10 ans, et comptons 8 équipes de 4 jardiniers. Nous avons développé une compétence très pointue en toitures vertes biodiversifiées. Nous créons et aménageons également des piscines et bassins écologiques.
Plus classiquement, nous avons deux paysagistes qui travaillent à la création d’espaces verts. Nous assurons bien évidemment tout ce qui est entretien basique, plantation, aménagement de clôtures. Dans des proportions raisonnables, nous pouvons gérer de petits travaux d’abattage et d’élagage. Nous faisons tout ce qui est constructions bois pour les jardins (abris, pose de terrasses, bacs potagers surélevés, etc.), pour lesquelles nous garantissons l’emploi exclusif d’essences de bois labellisées locales et non traitées. Nous maîtrisons la petite maçonnerie.

Nous avons également une jardinerie, dans laquelle nous commençons à produire nos propres plantes locales et alimentaires. Nous avons récemment eu l’opportunité de réhabiliter des bassins à Laeken le long de la promenade verte pour la culture du cresson. Ce cresson dit « de fontaine » est en vente à la ferme.

Nous fournissons également en produits de boulange et sandwichs. Nous livrons à partir d’une certaine quantité. Nous avons par exemple un marché stock pour la Commune de Saint-Gilles, à qui nous livrons les sandwichs pour toutes les réunions, et nous livrons le pain pour les crèches, écoles et bibliothèque publique de la Commune d’Etterbeek.

Quelle est votre spécificité, quelle plus-value offrez-vous aux acheteurs publics ?

Notre vision de l’écologie est intransigeante. Nous n’utilisons aucun produit chimique dans nos travaux d’entretien : uniquement des désherbants thermiques. C’est un enjeu écologique, mais également de santé pour nos travailleurs. Notre leitmotiv est la biodiversité : nous choisissons nos plantes pour l’intérêt qu’elles ont pour l’environnement. Nous ne travaillons qu’avec des plantes locales et des essences indigènes.
Cela peut être handicapant pour les marchés publics car si pour nous tout est ouvert à la négociation, nous ne faisons pas de compromis sur nos exigences écologiques. Par contre, cela nous rend particulièrement performants pour répondre aux clauses environnementales.

Nous ne sommes pas agressifs au niveau des prix, mais nous sommes des partenaires extrêmement fiables : nous sommes réactifs et assumons totalement les marchés pour lesquels nous soumissionnons. Nous avons la motivation du travail bien fait. Une personne de contact est assignée à chaque marché, nous sommes donc toujours joignables et suivons les dossiers de manière personnalisée.

Quel est pour vous le marché public idéal ?

Nous avons décroché un marché auprès de Bruxelles Mobilité qui est parfait pour nous : le marché était alloti selon des critères géographiques, ce qui nous a permis de ne soumissionner que pour la zone qui nous est accessible. Nous avons ainsi obtenu l’entretien de toute une série de petits parcs et squares durant douze mois, avec possibilité de reconduction. Ce type de marché offre de la diversité, il n’est pas lassant, ni trop pointu techniquement, et surtout, il est valorisant pour nos travailleurs car le résultat de leur travail est visible au grand public.

Nous avons également obtenu le marché d’entretien des espaces verts de l’entreprise Solvay, située dans la proximité immédiate de la Ferme. Il s’agit d’un marché privé mais il est très exemplatif de la manière dont nous aimons travailler. Nous avons en effet pu construire avec eux un partenariat de longue haleine, ce qui nous a permis de devenir progressivement des interlocuteurs de confiance et d’amener la notion de gestion différenciée. On a ainsi vu revenir dans leur parc des fleurs rares, des nids de cigognes, etc.

Il est important pour nous de nous inscrire dans des partenariats de longue haleine. A ce titre, les marchés publics nous intéressent.

A quoi les pouvoirs adjudicateurs devraient-ils être attentifs pour vous rendre les marchés plus accessibles ?

D’une manière générale, nous introduire dans les shortlists pour les procédures négociées sans publicité est toujours une excellente idée !
En marchés d’espaces verts, vu notre approche écologique, les clauses environnementales nous sont très favorables. Les allotissements par zones géographiques sont également très adjuvants. La région bruxelloise est en effet bien couverte par des entreprises sociales qui font le même métier que nous et préfèrent, comme nous, éviter de se déplacer au-delà d’un périmètre raisonnable.

En marché de fournitures de boulange, si le marché inclut des livraisons très matinales ou très excentrées, il est intéressant de se demander s’il ne peut pas être alloti, car nous ne pouvons pas répondre à ce type d’exigence. Déterminer un point de livraison centralisé quand des lieux géographiquement dispersés doivent être couverts est certainement une aide précieuse également.

En résumé, tout est possible lorsque la volonté est là d’établir avec notre entreprise une relation de partenariat !

La Ferme Nos Pilifs
www.fermenospilifs.be
asbl – entreprise de travail adapté
Trassersweg 347 – 1120 Bruxelles
Tél. : 02/262.11.06
info@pilifs.be