Les Clauses Sociales à Bruxelles

Faites de vos marchés publics des leviers d'insertion professionnelle !

Entreprises sociales à l’honneur

Entreprise sociale à l’honneur - Casablanco et Casanovo

CASABLANCO, ILDE SPÉCIALISÉE EN ÉCO-RÉNOVATION, ANNONCE LA NAISSANCE DE L’ENTREPRISE D’INSERTION CASANOVO.



Monsieur Dehon, vous êtes le directeur des entreprises Casablanco et Casanovo. Dans quel but ces entreprises d’économie sociale ont-elles été créées ?

Casablanco est une Initiative Locale de Développement de l’Emploi (ILDE) dans le secteur de la construction, plus précisément de l’éco-rénovation. Née en 1999 de la fusion de deux asbl, elle avait pour but de créer des opportunités d’emploi pour des jeunes tout en œuvrant à la rénovation urbaine, en particulier dans les quartiers défavorisés.

Aujourd’hui nos travailleurs sont plutôt des primo-arrivants pères de famille, et la moyenne d’âge de notre public cible tourne autour de la fin de la trentaine. Nous tâchons de cibler les plus jeunes principalement via le dispositif « Programmes de Transition Professionnelle » (PTP).

L’objectif que nous poursuivons est de fournir à ces personnes une transition vers l’emploi pérenne, en leur permettant de vivre une expérience professionnelle via les dispositifs PTP et Articles 60. Nous y arrivons pour une petite part à travers l’effet de la mobilité en interne : il arrive en effet que des ouvriers engagés sur des statuts temporaires obtiennent des postes de chefs d’équipe. Et l’entreprise d’insertion Casanovo, créée en 2016, emploie actuellement 14 ouvriers sortis de notre ILDE.

En moyenne, 7 personnes sur 10 se réinsèrent sur le marché de l’emploi suite à leur passage chez Casablanco, et ce généralement dans le secteur de la construction. Nous accueillons une trentaine de nouvelles entrées par an, ce qui porte à 46 le nombre d’ouvriers présents en permanence. Ceux-ci sont formés à être polyvalents, de manière à leur ouvrir le plus de portes possible.

La coopérative Casanovo a donc vu le jour il y a quelques mois…

Effectivement, nous avons concrétisé notre projet de longue date, de mettre sur pied une entreprise d’insertion au sein de laquelle une partie des travailleurs de l’ILDE puissent trouver un débouché à l’issue de leur contrat. L’entreprise d’insertion, à la différence de l’ILDE, n’est pas une asbl et ne dispose pas des mêmes facilités en termes de financements publics. Par contre, elle permet de rencontrer davantage d’opportunités sur le plan commercial par rapport aux ILDE qui sont avant tout focalisées sur la formation des personnes en insertion via la mise en situation professionnelle.

Casanovo crée donc de l’emploi local et durable pour les personnes passées par une expérience de transition professionnelle. Tous les travailleurs de Casanovo étant issus de Casablanco, nous connaissons très bien notre personnel. Ce qui nous permet de pousser la formation et la professionnalisation de nos ouvriers en fonction de leurs compétences particulières.


Quelles compétences vos entreprises peuvent-elles mettre au service des acheteurs publics ?

Casablanco et Casanovo sont deux entreprises générales agréées qui offrent des services comparables dans le secteur de l’écorénovation. La principale différence est que l’une est centrée sur les besoins en formation de ses travailleurs, et l’autre davantage orientée vers la rentabilité des chantiers.

Nous maîtrisons tous les corps de métier : démolition, techniques spéciales, finitions, isolation de façade arrière, etc. Au-delà de cela, nous avons énormément développé les techniques liées à la performance énergétique des bâtiments. Depuis 2008, un effort particulier est en effet porté sur les formations en isolation thermique, étanchéité à l’air, etc. Nous nous formons chez Isoproc et nous travaillons en lien avec le Centre de référence de la construction bruxellois (CDR).

En outre nous travaillons exclusivement avec des matériaux écologiques pour les rénovations de toiture. Nous avons enfin développé, en partenariat avec un acousticien, une compétence reconnue en isolation acoustique. Nous sommes notamment intervenus sur une maison unifamiliale pour un particulier : l’acousticien expert externe a dit qu’il n’avait jamais vu une telle performance acoustique !

En toute généralité nous nous appliquons à être aussi organisés que toute entreprise de la construction, de manière à être en capacité de rencontrer le même niveau d’exigence. Globalement, nous pouvons nous prévaloir d’une qualité de réussite et de finition élevée.

Obtenez-vous des chantiers via les procédures de marchés publics ?

Oui, régulièrement !

Casablanco possède l’agréation classe 1 en entreprise générale, et Casanovo va déposer un dossier d’agréation classe 3.
A titre d’exemple, nous avons récemment décroché un marché pour la réalisation de deux grandes toitures à Ixelles, dans le cadre d’un marché réservé. Ce sont des travaux que l’on ne faisait pas auparavant pour des questions de sécurité, mais nous avons élargi nos compétences.

Les marchés publics restent importants pour nous car ce sont de plus gros chantiers, plus intéressants même si moins rentables. En termes de gestion, il est plus facile pour nous d’en gérer quelques gros plutôt que beaucoup de petits. Nous assurons volontiers la coordination des chantiers.

Pour nous, tous les projets au-dessus de 100 000 € sont de bonnes nouvelles. Nos prix unitaires sont souvent légèrement au-dessus des prix du marché mais nous ne pratiquons pas de politique de suppléments, nous restons dans le prix initial. Donc nous sommes très concurrentiels au final. Il y a une facilité à travailler avec une entreprise comme la nôtre car nous avons une autre culture d’entreprise.

Quels conseils donneriez-vous à un acheteur public qui aurait le souhait de travailler avec vous ?

Nous gagnons des marchés même lorsque nous sommes mis en concurrence. Mais si le marché est réservé aux entreprises d’économie sociale, je vais être beaucoup plus attentif à remettre offre et à la soigner, pour ne pas mettre en difficulté le pouvoir adjudicateur.

Je conseillerais aux acheteurs de mener une réflexion sur le type de chantier qu’il pense réserver : qu’est-ce qu’il est réaliste de réaliser avec une entreprise d’économie sociale ? Quelle est sa capacité de production ? Il est nécessaire à tout le moins de bien planifier les délais en amont, car on sait que ce sera un peu plus long.

Et pourquoi ne pas mettre des critères d’attribution sur la politique d’emploi ? Nous créons de l’emploi, c’est en cela que réside notre plus-value. Quand les deniers publics sont investis dans la construction ou la rénovation d’un bâtiment, faire appel à l’économie sociale permet de maximiser l’investissement en favorisant les emplois locaux, et partant, l’insertion socio-professionnelle de Bruxellois précarisés sur le marché de l’emploi.

Av François Malherbe 42
1070 Anderlecht
Directeur : Pieter Dehon
pieter@casablanco.be
Téléphone : 02 527 57 75
Fax : 02 527 49 43
http://www.casablanco.be